EN ROUTE VERS OKHOTSK | Eleonore Frey, en librairie depuis début février

Par Karen Cayrat.

C’est une odyssée captivante, audacieuse, une voix poétique et profonde que nous proposent de découvrir les éditions Quidam. Partons donc En route vers Okhotsk à la découverte d’un voyage aux confins de l’écriture contemporaine et évanescente d’Eleonore Frey.

Si la plume d’Eleonore Frey s’était déjà faite remarquée en remportant le prix de littérature suisse en 2015, le prix littéraire de la Fondation Schiller en 2002 ou encore le Grand Prix Schiller ZKB en 2007, il convient de souligner qu’elle trouve un rythme particulier, une superbe à la fois poétique et délicate au sein des lignes de ce roman captivant qui nous entraîne dans une expédition où chaque personnage « se perd en quête de ».

En effet, ce sont quatre destins qui se croisent, s’enchevêtrent, gravitent autour de Robert ou plutôt Mischa Perm, auteur d’un roman à succès : En route vers Okhotsk. Livre tombé entre les mains d’Otto qui voudrait se retrouver, voyager. Livre tombé entre les mains de Sophie, libraire, mère de deux enfants, divorcée, amoureuse des mots et sous le charme de Robert/Mischa Perm. Tout comme Thérèse, la voisine de Robert, qui l’aime en secret, qui voyage. Détonne. Est ailleurs tout en étant là, disparaît dans ses propres abysses.

Par son jeu de mise en abyme, de destins croisés et de subtiles réminiscences, En route vers Okhotsk gravite à la lisière du réel et de la fiction. Il nous rappelle les audaces de Borges, Calvino, Pessoa ou Queneau. Le roman livre une réflexion nourrie et habitée sur l’identité, l’autre, la conscience mais aussi sur la littérature. Littérature qui apparaît comme un véritable cosmos, un nulle part où se dessine tout un champ de possibles, questionnant les pouvoirs de la littérature, la place ainsi que le rôle de l’auteur.

Ode à la contemplation et à la méditation, En route vers Okhotsk nous invite à nous interroger sur le véritable sens et la véritable tournure que nous souhaitons donner à notre existence. Bonheur et liberté servent de boussole aux errances, amènent les protagonistes à trouver une échappatoire au sein de cette société où tout va plus vite, où la pensée se lisse, où l’on se perd, où l’on se cache. De fait, il s’agit d’une réflexion sur l’être qui se construit, sur ces champs de possibles qui s’ouvrent au gré des routes vers…vers la vie, l’espoir, l’audace… vers…l’autre, vers tous ces nous en puissance qui se lient et se délient au fil de nos choix, du chemin que nous parcourons et qui nous impacte et nous révèle à nous-mêmes.


Frey 2
En route vers Okhotsk, Eleonore Frey, éditions Quidam

« Okhotsk a brûlé et fut reconstruite ; encore et encore jusqu’à nos jours où les fragiles constructions de bois, dans leurs couleurs bleu-vert si délavées, semblent attendre le prochain ravage du feu. Quelle destination pour ceux qui sont en chemin vers : qui ne cessent d’être en chemin à travers tout un livre et peut-être, qui sait, à travers toute leur vie. […] Comme si on pouvait se mettre en route d’une minute à l’autre : un tour d’anneau magique à son doigt, et hop-là nous voilà à Okhotsk […] Une région représentative de ce qu’il ne saurait dire à mots nus. D’une détresse peut-être, dans laquelle il aurait déjà émigré depuis des années, comme si c’était un autre pays. Comme si c’était pour toujours. »


En somme, ce roman, à la fois pur et trouble, nous invite à partir en quête d’Okhotsk, en quête de nous-mêmes, d’un nulle part voire peut-être d’un cosmos. Le périple sera-t-il long ? Mais qu’importe où se trouve votre Sibérie intérieure… il est urgent de se mettre en route entre ces pages…

 

152 pages 16 €

Traduit de l’allemand (Suisse) par Camille Luscher

Collection : Made in Europe

Février 2018 — 140 x 210mm

ISNB : 978-2-37491-074-1

Publicités