Bourbon Kid | Anonyme

Par Cynthia Macri.

Un Elvis tueur de vampires, le Diable, des moines assassins, un meurtrier psychopathe, sans âme ni conscience, un amour de jeunesse perdu, et tant encore ! Autant de personnages pour créer une toile de fond invraisemblable et terriblement orchestrée. Mais ne vous laissez pas tromper, car en vérité, vous ne faites qu’effleurer l’univers surnaturel qui peuple les méandres de Santa Mondega. Alors sélectionnez vos plus belles gousses d’ail et votre meilleur gilet pare-balles, car nous voici partis pour un voyage au cœur de l’univers d’Anonyme.

Une petite mise au point s’impose : à Santa Mondega, une ville imaginaire à la frontière mexicaine, vit Sanchez, qui y tient un bar, ou plutôt, un bouge fréquenté par les pires êtres que les mondes aient portés. Un homme lugubre y fait son entrée, commande un whisky on the rocks. Il en ressortira en ne laissant qu’un rescapé derrière lui. Dans le même temps, une jeune femme prénommée Jessica se réveille d’un coma de 5 ans après une tentative de meurtre. Il ne faudrait pas non plus oublier Kyle et Peto, partis à la recherche de « l’œil de la Lune », sur ordre de leur moine supérieur. Et dans tout ça, un inspecteur… particulier, qui trouve toutes les difficultés du monde à mener son enquête.

Un résumé quelque peu brouillon, voire même confus ? Quoi de plus normal, pour une saga qui se fera un malin plaisir de briser tous les dénouements que vous croirez y trouver ? D’abord publié en ligne sur lulu.com après de nombreux refus de maisons d’édition, The book with no name fera finalement son apparition en France en 2010, sous le titre Le Livre sans nom. Nom de code de l’auteur : Anonyme. N’espérez pas chercher et trouver qui se cache vraiment derrière ce nom de plume, beaucoup s’y sont essayé avant vous : en vain. Le roman remporte un succès immédiat, il sera suivi de six autres tomes, et d’un roman dérivé reposant un protagoniste différent (Psycho Killer), qui viendra enrichir l’univers de la saga. 

Classer la saga du Bourbon Kid dans un genre littéraire ne semble pas aisé pour tout le monde : mélange de thriller, policier fantastique, surnaturel et gore, on retrouve, dès le premier tome, un hommage aux films extravagants et pleins d’action de Quentin Tarantino (Kill Bill, Pulp Fiction, etc.), mais également aux classiques des  westerns américains (Rio Bravo, El Dorado, Règlement de compte à OK Corral), avec le paterne d’un personnage en proie aux problèmes d’alcool. Le décor, planté dans une ville semblable au Far West, à la frontière mexicaine, l’humour détonnant et les personnages parfaitement définis font, par bien des aspects, référence aux western-spaghetti (Le bon, la brute et le truand). Dans un autre registre, on peut reconnaître des clins d’œil aux films Underworld, pour son traitement des créatures surnaturelles, des slashers (Vendredi 13, Halloween, etc.), pour la mise en scène des massacres ou, plus inattendu encore, Retour vers le futur (en vous laissant le plaisir d’en découvrir les raisons !). Grâce à toutes ces références, les livres rendent hommage à la culture populaire, des années 1980 à nos jours, en passant par les genres cinématographiques, la musique, l’ambiance, ou bien simplement les personnages en eux-mêmes.

L’écriture, quant à elle, incisive, directe, et donne à l’histoire un rythme effréné, où chaque réplique et détails comptent. Un personnage déplace une bouteille ? Elle aura probablement une incidence plus tard. Ce principe fait référence à un processus cinématographique : le fusil de Tchekhov, une règle empruntée au théâtre, veut que si l’on montre un fusil dans une scène, celui-ci doit forcément avoir une utilité plus tard. Rien n’est laissé au hasard, il vous appartiendra donc de faire attention à chaque petite explication qui vous paraîtra insignifiante (l’œuf Kinder que le Bourbon Kid garde toujours sur lui dans Le Pape, Le Kid et L’Iroquois), car l’auteur ne s’embarrasse que très peu de descriptions inutiles. Il convient également de préciser que le langage cru et les passages pleins d’hémoglobine sont de rigueur : scènes de massacre, teintées de violences et de bains de sang sont légions dans l’œuvre. Mais une fois passé cet exercice de style particulier, rien dans les aventures de la saga ne vous laissera indifférent : les personnages deviennent de plus en plus singuliers, le mystère autour du Bourbon Kid s’épaissit au fil de la lecture et les intrigues des romans s’entremêlent pour finir par se rejoindre. L’humour fait également partie intégrante de l’œuvre : il est décapant, parfois à la limite du grossier, voire vulgaire, mais on laissera bien passer quelques incartades à cette pépite romanesque. 

La saga du Bourbon Kid et de ses acolytes est disponible en huit tomes (pour le moment) aux éditions Sonatines. Laissez-vous donc tenter par cet ovni littéraire unique en son genre !


Si vous souhaitez lire toute l’œuvre, voilà l’ordre de lecture, et non de parution :

– Le cimetière du diable – Tome 3 (préquel du Tome 1)

– Le livre sans nom – Tome 1

– L’oeil de la lune – Tome 2

– Le livre de la mort – Tome 4

– Psycho Killer (hors saga Bourbon Kid)

– Le pape, le kid et l’Iroquois – Tome 5

– Le Bourbon kid – Tome 6

– Que le diable l’emporte – Tome 7


EXTRAIT :

« Il longea l’étagère sur la droite, trouva d’autres ouvrages écrits par des inconnus, et d’autres encore sur lesquels ne figurait aucun nom d’auteur. Sanchez n’en revenait pas : il fallait vraiment être le dernier des abrutis pour s’embêter à écrire un bouquin et oublier de mettre son nom dessus. », Le livre de la mort


  • Tous les opus de la série sont disponibles aux éditions Sonatine