Je dis oui à la folie & autres poèmes

Par Myriam OH (Ould-Hamouda).

JE DIS OUI À LA FOLIE

si la folie est 
se voir plus grand et plus fort 
de partout 
du sourire aux rêves ; 
je dis oui à la folie  
si la folie est 
arrêter de se chercher des noises 
pour 
se trouver d'excellente compagnie 
tout contre 
autrui et le monde pourtant 
je dis oui à la folie 
je dis oui à l'invisible je me défile des barreaux de la réalité 
je dis oui à l'indicible je prends un bain 
de métaphores 
je dis oui à la folie si la folie est 
voir la vie belle avec des yeux d'enfants que j'ai passé l'âge 
que mon heure est venue 
et que je l'ai manquée 
je dis oui à la folie si la folie est 
perdre la notion  
du temps 
et s'en remettre au vent 
je dis oui à la folie 
je dis oui aux plans B qui n'ont pas d'explications se projeter sur le bas-côté
c'est se projeter quand même 
c'est prendre de la hauteur 
par-delà les apparences  
je dis oui aux silences qui traduisent à la perfection 
l'esprit de la fête 
les valeurs de la défaite 
pour qui sait lire dedans 
je dis oui aux mains froides  
je dis oui aux cœurs qui débordent 
je dis oui aux logorrhées  
à nos façons de surjouer 
il faut bien évacuer le superflu 
pour que l'essentiel 
daigne pointer le bout de son nez 
de la tête 
à la queue 
et si c'est pas pour aujourd'hui tant pis 
le temps que son tour vienne, je dis oui 
quand  
même si la folie est 
dans la gueule des gens trop sérieux 
une maladie honteuse 
je dis oui à la folie 
et j'en rajoute une couche 
si la folie est 
ramasser les étoiles tombées sur le bitume 
d'yeux trop usés 
pour se laisser charmer par son grain.  


CORPS-À-CORPS 

je me fais des scènes  
d'intérieur 
y'a des veines qui gonflent et des artères qui se bouchent 
à chaque fois que je me prends 
en flagrant délit d'infidélité à moi-même 
je me fais des crises 
existentielles 
je me soulève le cœur je me prends la tête 
alors je fais quoi là hein 
je me lève ou bien je me couche? 
et je suis qui là-derrière 
ce matricule quand ça va barder? 
je fais des nœuds avec mes nerfs on dirait une épée ou c'est peut-être une fleur ah tiens non c'est un cygne je me casse les organes vitraux pour voir la couleur de la lumière et sentir le parfum de la liberté tiens on dirait les yeux de ma mère 
ou peut-être la voix de mon amant
ah non c'est inédit 
je m'excite 
je me fais des escape games  
en solitaire 
je m'explore jusque dans les entrailles je cherche des indices ou de bons alibis au fond de l'inconscient enfin n'importe quoi 
qui ferait sortir les murs de leurs gonds 
je cherche des réponses 
ou peut-être la bonne question 
ah tiens non c'est rien qu'la petite bête 
qui fait diversion 
à chaque fois que je me quitte 
sans demander  
mon reste  
alors j'en suis où là hein 
dans le décor ou juste au cœur? 
et pour qui je me prends  
quand je me mets hors de moi? 
hey moi là-bas 
quand il n'y aura plus assez d'histoires 
à ruminer 
quand il n'y aura plus assez d'arguments 
à appuyer 
quand il n'y aura plus qu'à vendre l'âme 
il y aura encore 
le feu intérieur 
alors de quel bois je me chauffe  
quand je m'accorde le droit de me tromper  
de lieu et de moment avec perte et fracas? 
je me livre la guerre  
ah tiens non 
c'est l'amour que je me fais. 



DIMANCHE

Manqué le lever du soleil, rien à faire. 
Manqué la messe, rien à faire. 
Rien à faire, rien à faire. 
Prendre le temps d'une orange pressée. 
Laisser passer le train en marche. 
Brouter un rêve à la volée. 
Bonjour. 
Dit une voix encore endormie. 
Ce qu'on va faire aujourd'hui, rien à faire. 
Comment on s'appelle, rien à faire. 
Rien à dire, rien à faire. 
Se prendre là où on en est dans la vie. 
A cet instant précieux. 
Où tout. 
Est à inventer. 


Une contribution de Myriam OH | Myriam OH (Ould-Hamouda) évolue avec le cœur dans les domaines du social et de l’artistique y trouvant de précieux outils pour planter des graines, qui donneront des plantes et des fruits différents selon le parcours de vie de celui qui les accueille. Dans son écriture, l’oralité a une place primordiale et, outre ses publications dans des revues et l’animation d’ateliers d’écriture, c’est en donnant vie à ses mots par la voix et par le corps, en collaborant notamment avec des artistes de tous bords, qu’elle vibre au plus haut.